Accès aux soins des enfants qui présentent un TDAH

 

arton1050-f07a4

 

 

 

Monsieur le président de l’université

Je vous écrit a propos du tumulte qui semble s’organiser autour du colloque du 29 septembre sur le thème de l’accès aux soins des enfants qui présentent un TDAH.

Depuis 10 ans, je suis responsable en tant que pédopsychiatre à Perpignan d’une unité de soin qui propose des stratégies éducatives et thérapeutiques à des enfants et qui propose à leurs parents un accompagnement et des conseils.

Il y a 20 ans, jeune praticien hospitalier, je ne connaissais rien au TDA/H. J’ai travaillé. J’ai appris.

Il y a 10 ans, 200 000 personnes signaient – dans leur ignorance – une pétition « pas de zéro de conduite pour les 0-3 ans », alors que la réflexion du CNRS et du gouvernement était de cibler le dépistage des problèmes de développement sur les enfants à risque : en France, en termes de santé publique, on a toujours préféré faire peu pour tous que beaucoup pour ceux qui en ont besoin.

10 ans après, Messieurs Douville et Pommiers réunissent 5174 signatures. Belle performance….

Monsieur Douville, la France est le pays des lumières. Elles se sont éteintes.

Monsieur Pommier, la France et l’héritière de la pensée de Sigmund Freud et de Jaques Lacan. Vous n’avez pas hérité des meilleurs gènes, vous êtes juste sans gêne de développer des idées si pauvres.

Réfléchissez messieurs : le travail avec des enfants qui présentent un TDAH consiste, dès la phase diagnostique qui est souvent possible avant 6 ans à proposer des conseils et un soutien, à aider l’enfant à gérer ses manifestations comportementales, à l’aider à gérer son vécu émotionnel, à soutenir les parents dans les stratégies qu’ils mettent en œuvre, à favoriser la scolarisation de ces enfants dans de bonnes conditions. Le traitement médicamenteux, qui est efficace, est mis en oeuvre dans les situations où les troubles se traduisent par une certaine intensité et avec l’accord des parents, bien évidemment. 0,2 % seulement des enfants d’âge scolaire bénéficient d’un traitement par méthylphénidate pour une prévalence du trouble de 5 %.

Mon épouse, qui a un doctorat de psychologie de l université de Sao Paulo, un post doctorat de psychanalyse de l université de Rio de Janeiro, un post doctorat de l école des hautes études en sciences sociales de Paris s offusque tout comme moi, pédopsychiatre, que des professionnels de santé, au nom de leurs orientations théoriques, militent contre des parents qui se mobilisent dans l’intérêt de leurs enfants.

L’intérêt des enfants prime, pas les querelles de chapelle, et c’est un non sens et une indignité que de travailler à dénigrer le travail des autres, leur volonté d’échanger sur leurs pratiques, encore plus quand ce sont les premiers concernés dans l’éducation de leur enfant qui sont visés, les parents.

Je ne peux que vous dire qu’avec mon épouse qui a des orientations théoriques différentes des miennes, nous pouvons avoir des querelles quand il s’agit de choisir la couleur du papier peint ou la cuisson du gigot, mais pour ce qui est d’engager des actions de soutien des parents, d’accompagnement des parents, nous ne pouvons que nous féliciter que la richesse de nos approches différentes trouve du sens pour les parents et les enfants.

Aussi, il est désolant de voir se dessiner de nouvelles guerres de clocher, un obscurantisme digne du moyen-âge, des querelles pitoyable, un manque de respect de la place des parents.

Je vous félicite d’accueillir cette rencontre de parents et de professionnels. J’y serai. Je serai poli. j’écouterai mes parents et les professionnels qui ont des choses sérieuses à dire.

Recevez mes cordiales salutations et l’expression de mon profond respect.

Dr Christophe DACLIN
pédopsychiatre
Perpignanarton1050-f07a4

Publicités

3 réflexions sur “Accès aux soins des enfants qui présentent un TDAH

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s