TDA/H à l’école : partie 2 : les aménagements pédagogiques (compensations, remédiations)

prendre_un_enfant_05
Prendre un enfant par la main, belle image pour illustrer comment dans le cadre scolaire des pistes spécifiques de travail sont possibles à mettre en oeuvre pour répondre aux besoins particuliers des enfants.

Partie 2 : Les aménagements de la pédagogie

Compensations : Prise en compte du handicap spécifique dans la stratégie pédagogique mise en œuvre par l’adulte

Remédiations : Favoriser le développement de stratégies et d’automatismes chez l’enfant
1 Eveil et orientation de l’attention

Attitude et stratégies de communication de l’adulte :

– rituels de mobilisation
– référence à un emploi du temps défini pour chaque séquence pédagogique
– solliciter l’attention de l’ élève sur le plan relationnel (verbal + contact visuel : s’assurer que l’enfant est disponible pour la transmission du message) avant de parler de l’activité
– présentation claire des objectifs et des objets d’activité
– temps de reformulation des consignes par l’élève (vérification de la compréhension)
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..
Des outils pour l’enfant :

– Apprendre à décompresser pour mieux se recentrer : exemple, sur une heure de cours, une tableau à 6 cases, 6 mini dessins pour souffler et mieux se recentrer
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..

2 Limitation de l’impulsivité

Place de l’adulte entre intervention et non-intervention :

– intervenir dès les 1ers signes de désorganisation cognitive, pour recentrer l’enfant sur son activité
– intervenir également dans les situations amenant un renforcement positif (réussite, respect des règles…) : ce qui renforce l’estime de soi mais aussi la capacité attentionnelle
– mais ne pas réagir lorsqu’il s’agit de lutter contre l’impulsivité verbale , ignorer tout commentaire hors-règle ( sans lever la main…)
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..

Des outils pour l’enfant :

– Apprendre à prendre des temps de pause/recul avant mais aussi pendant l’activité ( « une minute, je me concentre, je réfléchis»…).
Cela peut passer par un travail d’écoute du corps ( respiration ; gestes relaxants/recentrants…). Cela peut passer aussi par la mise en place d’associations avec des images mentales évocatrices (« tu es la tortue qui rentre dans sa carapace, tu penses puis tu »… « tu es le vélo qui freine », image offrant la possibilité d’un appui
kinesthésique, main sur le frein…)
– apprendre éventuellement de façon explicite et comme un « entraînement » à gérer son temps, avec utilisation de
minuteries, horloges… (Attention toutefois au risque d’angoisse
donc précipitation)
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..

3 Inhibition/sélection des informations
Aménagement des tâches et des
supports par l’adulte :

– pas de consignes ni de tâches
multiples, au contraire fractionner et si besoin différer (attention à la multiplication des enchaînements d’exercices et de
situations, qui au lieu de faire du
lien induisent de la désorganisation)

– aérer, fractionner les supports,
découper, utiliser des caches…

– utiliser des documents photocopiés lorsque cela permet des modifications ou un travail
spécifique, ainsi que pour limiter
les problèmes de notation/copie
( pour les devoirs aussi…)

– utiliser des aides visuelles
permettant de mettre en relief les mots ou les passages-clés :
typographies différentes, couleurs, soulignage/surlignage
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..
Des outils pour l’enfant :

– travail systématisé sur le
développement des habiletés
perceptives
(travail de l’écoute et de l’observation ;
discrimination auditive/visuelle…)
– enseignement conscientisé
(verbalisation autour des actions, travail
métacognitif) d’une organisation/parcellisation dans la réalisation des tâches (un élément après l’autre) : démarches de recherche d’information ; démarches de relecture ;
démarches de vérification d’une
production écrite (par ex : vérifier d’abord majuscules, puis ponctuation, puis orthographe…).
– Eventuelle rédaction de fiches méthodologiques à
Réutiliser (en point d’appui à l’adulte, notion de l’introduction de l’écrit comme loi)
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..
4 Construction des liens de sens
objectif : pouvoir « fixer et assembler des représentations morcelées dans un ensemble cohérent, organisé logiquement et
séquentiellement »

Rôle de l’adulte par la verbalisation + introduction et utilisation d’outils-relais permettant à l’élève d’accéder à plus d’autonomie

– ne pas hésiter expliquer/réexpliquer pour laisser le temps d’installation , besoin de répétition (mémoire immédiate déficitaire)
– rendre les liens explicites, les verbaliser ou faire verbaliser
– vérifier la compréhension de ce qui s’est fait avant chaque changement de sujet (reformulation par l’élève aussi)
– en situation de lecture ( par l’élève,ou partagée), introduire de même des temps de « pause/lien » après chaque paragraphe ou difficultés pécifiques
– encourager le recours à la demande d’aide ( adulte, pairs) si besoin
– mettre en place des situations de tutorat variables ( élève tutoré par aide d’un adulte ou pair, mais aussi élève « tutorant » en certaines occasions)
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..

Des outils pour l’enfant :

– travail sur le développement des représentations mentales à partir de consignes, d’éléments textuels… ( il peut être utile de «fermer les yeux »pour formuler ces représentations, afin de se dégager du contexte)
– travail métacognitif, mettre des mots sur les actions ( que celles-ci soient motrices ou cognitives) pour les conscientiser. Dimension « comment je fais/comment je pourrais faire » toujours essentielle
– construction conscientisée (verbalisation, toujours pour formuler
les liens) des démarches d’allers-retours nécessaires à la réalisation correcte d’une tâche : par ex de la consigne (avec ses «mots-clés ») au texte (avec les informations à y prélever) pour répondre à des questions…puis nouvel aller-retour pour vérification…
Travail de l’anticipation à partir d’indices conceptuels et en corollaire de la vérification
– Travail autour de l’erreur (apprendre à se dégager des mauvais automatismes , des « mauvaises routes », les identifier, en identifier les raisons, pouvoir proposer des alternatives)
– Apprentissage de stratégies mnémoniques (travailler la
dimension « différé », ne serait-ce que par un « transport » avant
restitution) et organisationnelles (« tu es un pilote de ligne, tu fais une liste de vérification… d’actions, de matériel avant de décoller/après avoir atterri».. utilisables en outil d’aide mais à essayer aussi d’établir en démarche cognitive). Importance de faire des liens (verbalisation explicite par l’adulte et/ou l’élève) entre ces stratégies et les objectifs/ situations d’apprentissage
– développement de l’auto-correction/ l’auto-évaluation (à partir des objectifs fixés et des
démarches/outils d’aide construits)
………………………………………………..
………………………………………………..
………………………………………………..

 

Sources : stage national de formation continue INS-HEA, Suresnes, 2006
Dr Marie-France LE HEUZEY, pédopsychiatre, Dr Thierry BOURGUEI, neuropsychologue, P. HAVREZ, enseignant rased

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s